La 6 ème extinction

Blog de lepetitjournaldemayotte : Le Petit Journal de Mayotte, La 6 ème extinction

Dans l'Histoire de la paléontologie, les théoriciens se sont partagés entre les partisans d'une évolution lente des espéces, suite aux découvertes de Darwin, et d'un autre côté les "catastrophistes". 
Dans le Monde avant Darwin,  les espéces étaient fixes, crées par Dieu afin de donner un monde harmonieux à l'homme. Mais le mythe du déluge,où l'homme a combattu en emportant les animaux dans sa Nef, a voulu montrer que l'harmonie ne régnait pas éternellement. Aussi les catastrophistes ont étés vus par le monde des scientifiques transformistes comme influencés par la religion et ses représentations erratiques.
Cependant, le mixage des points de vue serait plus proche de la réalité. Quand une espèce est parfaitement adaptée à son milieu et que celui ci ne change pas sur la durée, alors l'espèce ne change pas radicalement, elle se transforme lentement (animaux dits "fossiles vivants" comme le Coelacanthe).
Par contre, si le milieu change assez vite, les espèces survivant dans ce milieu vont évoluer plus vite. Encore faut il comprendre par évoluer, non pas qu'un individu se transforme, mais que la descendance des parents sera sélectionnée par divers moyens, et selon le hasard de la génétique, certains auront de meilleurs atouts pour survivre que ses frères. L'évolution passe donc par une hécatombe d'individus inadaptés au milieu où ils sont nés.
L'être humain a pu pallier à ses faiblesses originelles et génétiques par la culture. L'apprentissage transmis aux générations futures permet d'améliorer ses chances de survie.
D'où l'importance de l'Education chez l'être humain; mais elle n'est pas son exclusivité, de nombreuses espèces transmettent une culture à leur descendance.
Le français Georges Cuvier faisait partie des catastrophistes. Il estimait que les fossiles trouvés en terre devaient être les animaux n'ayant pas trouvé leur place dans l'arche de Noé. 
Lamark était défenseur du transformisme. C'est à dire qu'il fut à l'origine d'une théorie de l'évolution graduelle des espèces, qui a été développée de manière plus clinique par l'anglais C.Darwin.

Il reste incontestable que la notion de catastrophe arbitraire a trouvé un renouveau avec les découvertes concernant les grandes extinctions liées à des éruptions volcaniques gigantesques et les chutes de météorites . David Raup de l'Université de Chicago démontre l'arbitraire dans les grandes extinctions par son ouvrage "De l'extinction des espéces" de 1993.
La dérive des continents énoncée par A.Wegener a mis du temps avant de gagner les esprits et les manuels scolaires.
Enfin, la découverte du tapis roulant des grands courants marins chauds et froids, a achevé de laisser entrevoir les grands mécanismes qui font de notre Terre un monde bien agité. (Gordon et Broeker, 1986)
Lire à ce sujet un rapport conséquent avec les diverses interactions possibles amenant une variabilité de ce tapis roulant:
http://www.lmd.jussieu.fr/~vguelmd/Rapport_AMOC_Virginie_guemas.pdf

Les connaissances de notre planète avancent à grands pas, mais il risque d'être trop tard si comme le prédisent divers naturalistes , notre action économique mondiale aboutit à la destruction de centaines d'espèces. 
Il s'agit donc de la 6 ème extinction. 
En premier il faut tout de même préciser que la visibilité des extinctions de masse n'existe pratiquement que depuis que la vie a pris des formes "visibles" car même si des bactéries existent depuis 3,5 milliards d'années, on ne saura sans doute jamais si leur développement fut régulier ou bien subit des contraintes particulières. 
Lire ici: 
http://www.spirit-science.fr/doc_terre/HistoireVie.html
Ici la controverse correspondant aux premières traces de vie:
http://www.larecherche.fr/actualite/archeologie/controverse-premieres-traces-vie-01-06-2002-76169
Ensuite, une découverte remarquable d'une trace de vie qui daterait de 2,1 milliards d'années, et s'efface ensuite. Lire ici:
http://www.liberation.fr/sciences/2014/06/26/les-premiers-pas-de-la-vie-en-grand_1051354

Ou bien ici, avec des photos de cette première forme de vie, déjà annoncée dans les médias en 2010:
http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-les-plus-anciens-organismes-pluricellulaires-33132.php

La présence de vie de format visible est la faune d'Ediacara (Australie) apparue il y a 585 millions d'années et disparaissant vers 540 millions d'années. Là aussi, cette disparition est inexpliquée encore à ce jour.
La vie prolifère ensuite, avec de très petits coquillages, la faune étrange de Burgess (Amérique du Nord) qui détermine les principaux groupes vivants actuels avec tout de même des formes de vie qui s'éteindront sans donner de descendance.

Première extinction il y a 444 millions d'années, due probablement à des épisodes de refroidissement importants de notre Planète, différente de la période dite "boule de neige".
La deuxième extinction massive il y a 365 millions d'année serait due également à un nouveau refroidissement du climat, et la destruction concerne plutôt les animaux marins.
La troisième extinction (Permien Trias) aboutit à l'élimination de 96% des espèces marines et 70% des espèces terrestres. Elle serait due il y a 252 millions d'années à une prolifération de microbes suite à des éruptions volcaniques, provoquant l'émission de méthane en quantité; lire ici en anglais:   http://www.pnas.org/content/111/15/5462.abstract

La quatrième extinction a lieu il y a 200 millions d'années, avec une météorite frappant le Québec, suivie par du volcanisme dans ce qui est actuellement l'Amazonie,la Grande Bretagne, le New Jersey puis des changements climatiques. A cette époque l'Europe, l'Amérique et l'Afrique du Nord étaient soudés en un grand continent. Lire:
http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/geologie-volcans-juges-coupables-extinction-masse-trias-45362/
Les dinosaures sont apparus et l'océan Atlantique s'ouvre.

La cinquième extinction est due à la fois à une chute météoritique, et des éruptions volcaniques, fait disparaitre les dinosaures, et prépare la voie pour l'être humain.

Pour comprendre ce que peut être la 6 ème extinction, il suffit de suivre le combat de l'Australie pour défendre sa barrière de corail en danger; l'Unesco a estimé que ce biotope était en danger et a demandé à l'Australie des garanties de protection. Elles ont été jugées comme recevables par l'Unesco.

Lire ici:
http://whc.unesco.org/fr/list/154
Cependant les écologistes ont estimé que ces promesses d'efforts ne seraient pas suffisantes.
http://www.radioaustralia.net.au/french/2015-03-24/le-plan-du-gouvernement-australien-pour-sauver-la-grande-barrière-de-corail-ne-convainc-pas-les-écol/1428965

Pendant ce temps, pour écourter les polémiques, il faut simplement se remettre au travail, et continuer la recherche scientifique: ici, un moyen original pour faire des mesures dans les océans:
 http://www.meop.net/database/
Il s'agit de disposer une balise sur la tête de phoques qui seront libérés par la suite, la balise tombant d'elle même. Le Marine Mammal Exploring Pole to Pole mesure en permanence la salinité et la température de l'eau des océans arctique et antarctique. Les résultats sont à demander sur le site.

Vous aurez peut être remarqué que les documents les plus développés et pertinents sont en anglais. Ou d'origine anglophone.

Pour l'île de Mayotte, il semble que les exigences de l'Europe ne sont pas tournées vers la préservation du lagon. Il était pourtant question d'un  trésor oublié dans le journal "France Mayotte" de ce jour. Il s'agit d'un projet laissé dans les cartons, de culture des algues afin de les utiliser pour divers produits commercialisables. Mais  quelle est la raison de l'oubli de ce projet ? Serait ce  que le travail de bureau ait plus séduit les demandeurs d'emploi, que cette tâche ingrate, en plein air et au soleil des tropiques ? Il semble que non, et l'article de Samuel Boscher indique plutôt des lenteurs administratives, liées à la prudence en termes de recherches d'impact sur l'environnement. Concernant l'élevage d'Ombrine, un poisson tropical, " le projet est de nouveau tombé à l'eau, quelques jours après que le préfet ait signifié par voie de communiqué, la mise à la poubelle du dossier". Un requin bienveillant est alors venu percer le filet des réservoirs d'élevage et après s'être servi, a laissé la cargaison entière s'échapper dans la mangrove proche, et les pêcheurs ont pu réaliser une pêche miraculeuse. 

En ce qui concerne l'algoculture, Samuel Boscher indique que " 3 ans plus tard, il ne s'est rien passé, pas une micro-algue n'a vu le jour et l'argent public qui a financé l'étude semble avoir été jeté par les fenêtres." Il pose aussi une autre question, "Pourquoi retarder encore et encore la création du centre de recherches Ifremer depuis plus de 10 ans, lui qui aurait pu lever les incertitudes sur l'élevage de poissons?"

Pour ma part je reposerai encore ma question: "Faut il croire que la France s'intéresse bien peu à la connaissance sur la vie marine pour n'avoir aucun ouvrage de Biologie marine en langue française à offrir à un public francophone ?"


Blog de lepetitjournaldemayotte : Le Petit Journal de Mayotte, La 6 ème extinction

Un tableau très complet au point de vue scientifique tiré du site:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Extinction_massive

Excusez la rédaction du Petit Journal de Mayotte, pour des problèmes techniques lors de la mise en ligne. L'article doit être maintenant en bonne et due forme, et vous pouvez signaler une anomalie dans les commentaires si vous en déceliez encore une, merci. 

DD.
 




 

jeudi 02 juillet 2015 20:17 , dans Actions culturelles


L'Océan, cet oublié !

Blog de lepetitjournaldemayotte : Le Petit Journal de Mayotte, L'Océan, cet oublié !

Crédit Photo Lagon Aventure Mayotte 
Voir les nombreuses images témoignant de la vie heureuse dans le lagon de Mayotte. (sur leur site de Facebook) 
https://www.facebook.com/lagonaventure?fref=ts

Pendant ce temps, les horreurs continuent à terre, avec cette prise d'un Dugong dans le filet d'un pêcheur révélée par le journal quotidien France Mayotte du 24 juin 2015.
L'ignorance et la cupidité ont encore frappé, car l'animal n'a pas été noyé par le filet, mais bien achevé par le pêcheur.
Il faut rappeler que l'information est totalement absente des réseaux d'information de Mayotte; faut il que le pêcheur soit connecté à Internet pour connaitre les règles de pêche dans le plus beau lagon du Monde? (qui, il faut le dire est en bon chemin pour devenir le plus oublié)

Pour avoir les infos concernant les règles de  pêche:
http://www.tsiono.fr/pdf/boiteaoutils/reglementationpeche.pdf

Afin de conserver une relative paix sociale, les autorités n'interviennent pas sur zone. Mais l'organisation de la pêche à Mayotte demande une réelle surveillance, une réorganisation, car l'on dit que des pêcheurs professionnels préfèrent acheter le poisson aux clandestins, cela leur coûte moins cher que de sortir le bateau.

Des consignes génériques sur la sécurité des pêcheurs, en général:
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/bonnes_pratiques_et_reglementation_peche_de_loisir.pdf

Pour les amateurs de la législation, passez par là, et vous comprendrez comment en France la bureaucratie galopante génère des pages innombrables de textes souvent incompréhensibles, et quand ils sont assez clairs, bien trop nombreux et inappliqués, à Mayotte en tous cas.
Les services de police aux frontières sont bien trop occupés par les vagues de clandestins pour surveiller les pêcheurs illégaux. 
De plus, certains photographes écologistes ont pu faire remarquer que des filets de pêcheurs n'étaient pas posés à des endroits autorisés, mais aucune autorité n'est intervenue. 

Il ne faut donc pas s'étonner si cette bureaucratie concentrée et inutile (en ce qui concerne d'innombrables emplois fictifs territoriaux) ne génère pas de manne touristique.
Un autre rapport de France Mayotte du 25 juin 2015 indique une baisse de fréquention touristique pour le début de l'année; 56% des partenaires du Tourisme subissent cette baisse.

L'insalubrité et l'insécurité en seraient responsables. Mayotte subit une forme chronique de malaise par inertie, corruption politique, défaillance d'éducation, surtout dans le niveau primaire, c'est à dire celui qui est en grande partie sous la responsabilité des élus de Mayotte.

Les choses sont dites. Il serait urgent de réagir, sinon certaines mauvaises langues pourraient bien arguer que l'Etat est responsable de la situation, par mensonges lénifiants sur les statistiques de la délinquance, par manques de contrôles chroniques des comptes des Instances Territoriales, et des entreprises en connivence avec les politiciens. 
Un article aborde cette question des comptes du Conseil départemental, dans le journal France Mayotte du 24 juin. 650 mille euros de factures n'ont pas été honorés.

Dans les résistants qui défendent une certaine qualité de vie à Mayotte, les Naturalistes, association de protection de la Nature, dénonce régulièrement les massacres de tortues et le désengagement des autorités territoriales.

La mondialisation amènera peut être comme en Guyane française l'injection de capitaux privés pour le développement d'entreprises qui peuvent s'épanouir sur cette île de l'Océan indien. Servair pourra racheter Panima, entreprise alimentaire. Ainsi les enfants des écoles et abandonnés pourront ils avoir de meilleurs repas que les quelques sandwichs défraichis qu'ils ont pu recevoir dans certaines école du 101 ème département français.

Afin de sensibiliser un certain public, le Parc marin organise une soirée au cinéma Alpa joe, à Mamoudzou, ce lundi 29 juin à 18h30. Il s’agit d’apporter vos témoignages sur la vie marine, avec Tsiono.Blog de lepetitjournaldemayotte : Le Petit Journal de Mayotte, L'Océan, cet oublié !

Photo tirée du diaporama "plongée avec Maji Club" ici colonne de gauche


http://www.majiclub-mayotte.com/contact-club-plongee-mayotte.htm

Le Maji Club:
tel  0639 691730



DD.

 

samedi 27 juin 2015 15:33 , dans Une goutte de biologie marine dans l'ocean indien.


Misy conseils, pour tous vos dossiers !

Blog de lepetitjournaldemayotte : Le Petit Journal de Mayotte, Misy conseils, pour tous vos dossiers !


C'est un service unique dans le centre de Mamoudzou ! Proche de la place Dinahou, où l'on peut aussi trouver un petit restaurant avec terrasse. Mais l'équipe de Misy conseils, avec Claudine et M.Issiaka, peuvent vous constituer un dossier là où vous seriez perdu.

- Aide administrative, écritures diverses

- Dossier de renouvellement de cartes de séjour 

- Naturalisation ou obtention de la Nationalité française

- Dossier de création d'association loi 1901

- Demandes de subventions

- Appels d'offres d'entreprises

- Aides à la déclaration d'impôts

Des informations pertinentes adaptées à la situation de Mayotte.

Le petit journal a été très satisfait du contact et  des services compétents de Misy conseils.

Pour se rendre aux bureaux, demandez la place Dinahou, proche des Impots sur la rue de l'Hopital.

Un petit coup de fil si vous êtes perdus:    0639 696233   -   0639651018

misy.conseils@gmail.com

Choisi pour vous par DD.  
 

mardi 23 juin 2015 19:25 , dans Les boutiques qui rendent bien service !


Journées de l'Archéologie.

Blog de lepetitjournaldemayotte : Le Petit Journal de Mayotte, Journées de l'Archéologie.


La petite sucrerie de Coconi - Barakani mérite de rester dans la mémoire collective. Mais, oubliée dans un virage de la route qui vous emmène vers Sada, depuis Coconi, elle est désormais envahie par la végétation. 
En regardant la chaine Arte vous avez peut être observé de nombreux reportages sur nos vestiges archéologiques en France.
Mais ces journées concernent aussi Mayotte. ( 20 et 21 juin)

Voyez le programme ici:

http://archeologiemayotte.over-blog.com/2015/06/mayotte-les-20-et-21-juin-journees-nationales-de-l-archeologie-2015.html

 Le passé explique le présent ! Les français arrivant à Mayotte se sont installés sur le Rocher, propice à une fortification. La caserne  abritera désormais un Musée archéologique, à Dzaoudzi. 

Blog de lepetitjournaldemayotte : Le Petit Journal de Mayotte, Journées de l'Archéologie.

DD. 

samedi 20 juin 2015 15:45 , dans Actions culturelles


Le Contrarien, de Charles Sannat.

Blog de lepetitjournaldemayotte : Le Petit Journal de Mayotte, Le Contrarien, de Charles Sannat.


Avec cette image d'une belle Nature, prise dans les montagnes de Mayotte, je tenais à vous faire connaitre aujourd'hui  un journal quotidien, analysant l'économie un peu folle de notre temps. Comme Le Petit Journal de Mayotte ne porte pas sur la politique ni l'économie, mais seulement la culture ou les cultures de Mayotte, cela permettra aux personnes frustrées d'informations en ce domaine de s'informer avec humour en plus, une forme d'esprit "Charlie"... Bonne lecture, et pour ceux qui voudraient s'abonner, c'est gratuit , il suffit de se faire connaitre.

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

En écologie, il y a les vrais sujets, comme la place du nucléaire dans notre mix énergétique, la sécurité de nos centrales, la réalité de rejets plus ou moins autorisés, parfaitement radioactifs et tout à fait nocifs pour la santé.
En écologie, il y a de véritables enjeux comme la migration de notre agriculture vers un système de production plus juste, plus humain, plus respectueux de l’environnement et évidemment avec moins d’intrants, à savoir moins de pesticides ou d’engrais.
Il y a de grandes problématiques pour le futur de l’humanité, comme les OGM dont les effets sont encore mal maîtrisés, quoi que l’on en dise, ou encore les nano-technologies dont l’impact est loin d’être véritablement connu.
En écologie par exemple, la pollution atmosphérique aux particules fines des voitures en particulier diesel tue chaque année plus de personnes et plus d’innocents que les accidents de voiture eux-mêmes sans que cela n’émeuve grand monde. Il faut dire que sur les autoroutes du suicide ou de la pollution, il est difficile de mettre des radars…
Alors oui, vous l’aurez compris, et j’arrête ici cette liste à la Prévert, il y a les vrais sujets, ceux que l’on n’abordera pas, ceux sur lesquels personne n’osera aller légiférer tant les lobbies et les groupes de pression, pour ne pas dire de corruption, sont nombreux et puissants.
L’important n’est plus le savoir-faire mais uniquement le faire-savoir…
Et puis parce qu’il s’agit avant tout d’hommes et de femmes politiques dont l’objectif n’a jamais été le savoir-faire mais uniquement le faire-savoir et l’idée d’enchaîner des séquences de communication pour occuper le temps de cerveau disponible et faire croire en une action politique.
Alors on amuse la galerie dans le silence le plus complice de nos « amis » écolos, qui n’ont plus d’écolos que le nom, tant l’ambition et les bons postes – les « plaçous » comme disait mon pépé – leur tiennent désormais lieu d’étalon moral.
Le plaçou… Important le plaçou… Je vous donne la définition de ce mot patois. « Un emploi obtenu grâce à l’entregent de quelqu’un, généralement un poste de planqué. » On ne défend plus des convictions ou l’intérêt général mais son intérêt particulier.
Bref, du coup, il faut bien faire croire que l’on fait de l’écologie au moment même où l’on supprime dans la loi Macron passée aux forceps et au 49.3 les analyses de rejets dans l’air ou dans l’eau des industries polluantes de même que les taxations qui leur étaient imposées.
Alors il faut trouver des sujets faciles, pas trop engageants, qui ne remettent surtout pas l’ordre établi en place, et nous avons eu droit à une superbe séquence absurde de Ségolène Royal qui, malgré toute la sympathie que je peux avoir pour notre grande Jeanne du Poitou, aurait mieux fait de se taire.
Première grande et immense mesure… L’interdiction de vendre du Roundup dans les grandes surfaces… dans les rayons. Vous pourrez évidemment en acheter autant que vous le souhaiterez… mais au comptoir ! Ouaaaaah, de vous à moi, ça c’est de la mesure écolo. Attention hein… Monsanto n’a qu’à bien se tenir… et évidemment en profite pour se plaindre et se positionner en victime alors que son produit phare n’est en aucun cas interdit, ce que la Ségo ne pouvait en aucun cas faire sans risquer un superbe procès que la France aurait perdu.
D’ailleurs, ce n’est pas en allant signer le TAFTA, ce traité de libre-échange entre l’Europe et les USA qui veut sacraliser les tribunaux d’arbitrages privés comme façon unique de rendre la justice, que l’on est prêt à voir une interdiction des OGM et autres produits néfastes pour notre santé.
La deuxième blague écolo du jour c’est la polémique autour de la pâte à tartiner Nutella, dont on se fiche quand même comme d’une guigne.
Oui parce que vous comprenez, il faut de l’huile de palme et ça déforeste les forêts… Sans blague. Vous connaissez le nombre de forêts en pleine déforestation et dont tout le monde se fout comme de l’an 40 à commencer par la reine du Poitou ? Je pense en particulier à l’Amazonie et personne ne dit rien au Brésil alors que c’est un véritable massacre du poumon de la planète.
La réalité : l’écologie tout le monde s’en tape… y compris les écolos, tant qu’ils ont leurs « plaçous »…
De toute façon, c’est la crise alors on a d’autres chats à fouetter que la qualité de l’air, de l’eau, ou le sort des insectes, des abeilles et autres petites bestioles vivantes… Non, ce qu’il nous faut, c’est de la croissance et pour avoir de la croissance, nous sommes prêts à tout – enfin pas nous, eux, ces imbéciles qui nous dirigent et qui n’ont pas compris que la limite à la croissance et au modèle actuel est évidemment en grande partie environnementale et écologique, et que la seule façon de retrouver une forme de croissance qui ne doit plus être quantitative mais qualitative c’est de mettre la notion de soutenabilité au cœur de notre développement, de notre organisation, de notre fiscalité et de notre économie.
Je suis, mes chers amis, mes chers lecteurs, atterré, totalement sidéré par l’absence de compétences, d’intelligence, de savoir, de connaissance et de vision de ceux qui aujourd’hui sont censés nous diriger.
Ils sont, en un mot, mauvais. Tout simplement mauvais.
Il est déjà trop tard, préparez-vous.

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)
Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.

« L’Assemblée nationale est toujours otage de Thomas THÉVENOUD qui est toujours député. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

(Pour protester pacifiquement et avec humour, n’hésitez pas à reprendre cette formule en bas de tous vos mails, de vos articles ou de vos publications, il n’y a aucun droit d’auteur !!)

 

 

vendredi 19 juin 2015 00:49 , dans Placer l'homme en harmonie avec la nature !


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à lepetitjournaldemayotte

Vous devez être connecté pour ajouter lepetitjournaldemayotte à vos amis

 
Créer un blog